Actualités Ghibli (au Japon)

News sur l'Animation, la BD, et le monde de l'image en général.
Répondre
Avatar du membre
Tsuka
Admin / Maniac
Messages : 36432
Enregistré le : sam. 20 avr. 2002, 4:07
Localisation : Chez Bobby

Message par Tsuka »

Fabrice (aka Venkman ici) de Buta Connection me signale qu'il a posté une traduction de la conférence de presse "Kaze Tachinu" du 24 juin (merci à lui ! et à sa femme ;-) )

http://www.buta-connection.net/phpBB3/v ... =60#p75174

Avatar du membre
Tsuka
Admin / Maniac
Messages : 36432
Enregistré le : sam. 20 avr. 2002, 4:07
Localisation : Chez Bobby

Message par Tsuka »

Tsuka, sur le [url=https://www.facebook.com/photo.php?fbid=598909393473191]facebook[/url] de son émission, a écrit :A l'occasion de la sortie des nouveaux films de Miyazaki et Takahata cette année, 26 cinémas japonais proposent depuis hier une énorme fresque murale de 25m célébrant le Studio Ghibli et leurs 20 films (+ Nausicaa).
Image

Voir aussi : http://ca-tsuka.tumblr.com/post/5441845 ... ntly-in-26

Avatar du membre
hectopussy
Otaking !
Messages : 830
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003, 1:08

Message par hectopussy »

Le réalisateur Mami Sunada va sortir cet automne un documentaire consacré au studio : "Le royaume des rêves et de la folie" (ANN)
On y retrouverait notamment les réalisateurs phares du studio durant la production de leurs derniers futurs chef-d'oeuvres.

Avatar du membre
Snowcrash
Otaking !
Messages : 984
Enregistré le : lun. 18 mai 2009, 5:01
Localisation : Back from New-Zealand
Contact :

Message par Snowcrash »

Elabakin donne un peu de détail:
Elbakin a écrit :Pas sûr que ce soit un documentaire qui arrive un jour dans nos salles, mais pourquoi pas dans nos salons.
La réalisatrice Mami Sunada, qui avait réalisé Ending Note: Death of a Japanese Salaryman sur les derniers jours de son père, est sur un nouveau projet de documentaire autour du Studio Ghibli. Celui-ci suivra trois personnalités du studio, tout d’abord son éminence grise, Hayao Miyazaki, qui travaille actuellement sur Kaze Tachinu (The Wind Rises), puis le réalisateur Isao Takahata qui travaille sur le film Kaguya-hime no Monogatari (The Tale of Princess Kaguya) et enfin le producteur Toshio Suzuki qui travaille sur les deux projets en même temps.
Le documentaire, intitulé Yume to Kyōki no Ōkoku (The Kingdom of Dreams & Madness), est prévu dans les salles japonaises cet automne.
http://www.elbakin.net/fantasy/news/193 ... dio-Ghibli
Chez les moutons et les kiwis.

Avatar du membre
Tsuka
Admin / Maniac
Messages : 36432
Enregistré le : sam. 20 avr. 2002, 4:07
Localisation : Chez Bobby

Message par Tsuka »

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=602663286431135
Tsuka a écrit :Le prochain bluray Ghibli prévu au Japon est celui du merveilleux "Pompoko" d'Isao Takahata (avec sous-titres et doublage français). Sortie prévue le 6 novembre 2013, sans doute au même moment que son nouveau film "Kaguya-Hime no Monogatari" dans les salles nippones.

Image

Avatar du membre
Tsuka
Admin / Maniac
Messages : 36432
Enregistré le : sam. 20 avr. 2002, 4:07
Localisation : Chez Bobby

Message par Tsuka »

Premier extrait de "Kaguya-Hime no Monogatari", le nouveau film d'Isao Takahata. Je suis en joie.


Yupa
Morning Musume
Messages : 11
Enregistré le : lun. 14 févr. 2011, 21:50

Message par Yupa »

Hé hé, ça part très choupinet. Bon, j'espère que le récit ne sera pas trop édulcoré, comme le sont de nombreuses versions de ce conte antique. J'ai commencé une petite recherche sur le texte originel, d'ailleurs.
Serai au Japon en Octobre / Novembre, mais pas sûr que je puisse le voir donc vu le retard à la sortie. Je verrai toujours "Kaze tachinu" ; et le documentaire de Mami Sanada ; toutefois mon niveau de japonais (surtout à la comprenette) m'empêchera sûrement d'y saisir grand-chose... :pandagoute:

Avatar du membre
Tsuka
Admin / Maniac
Messages : 36432
Enregistré le : sam. 20 avr. 2002, 4:07
Localisation : Chez Bobby

Message par Tsuka »

Et donc, la bande annonce du nouveau Miyazaki :-]


Avatar du membre
LeFlan
Hannibal posteur
Messages : 477
Enregistré le : mer. 14 déc. 2005, 9:51
Localisation : la planète shadok

Message par LeFlan »

Il s'agit sans conteste du plus problématique des films de Miyazaki, car le plus lourdement chargé de contradictions désormais insolubles, et qu'en réalité le réalisateur ne cherche même plus à résoudre en quoi que ce soit.
Ainsi, à travers une figure réelle au parcours pour le moins délicat de conséquences, l'histoire même du Japon moderne se trouve-t-elle convoquée au grand jeu chimérique d'une idéalisation à tout crin, et d'un romantisme forcené donné en absolu, comme si cela pouvait suffire à contre-balancer le poids de l'histoire, à en donner malgré tout à saisir le sens, les enjeux et les responsabilités... C'est tout cela qui se trouve gommé ici, mixé en un patchwork de motifs dont l'agglutination ne saurait hélas susciter autre chose qu'une confusion encore plus grande au sein du public japonais à l'égard de sa propre histoire, aux antipodes des attentes du réalisateur... Difficile de lire son propos et ses motivations autrement que comme une forme dévoyée de projection ego-historique qui ne dit pas son nom, et ne peut dès lors que nourrir les pires malentendus.

Dans le contexte actuel que vit ce pays, qu'il s'agisse de sa situation depuis un peu plus deux ans, ou des élections imminentes (prévues, ironie de l'histoire, au lendemain même de la sortie du film), dont l'issue "triomphante" risque de laisser les mains totalement libres au parti dominant pour au moins trois ans, lui permettant surtout de revenir ainsi sur ce qui fait l'essence de la Constitution d'après-guerre, le risque est grand que la soif d'absolu qui sous-tend ce film ne soit lue qu'à l'aune d'une morale bien plus tragiquement relativiste, à la manière d'un "Tout se vaut"...
Image
"Car l'amitié est la science des hommes libres."

ghib
Yankee
Messages : 28
Enregistré le : sam. 04 juin 2011, 11:37

Message par ghib »

C'est vrai la BA fait un peu peur, je parle du fond, pas de la forme qui est magnifique. Il y a là, c'est vrai, un relent révisionniste. J'ai d'abord cru que l'histoire se passait dans un Japon alternatif, alors que, non ça se passe bien pendant la 2nd seconde guerre mondiale. On verra au moment de la sortie.

Avatar du membre
hectopussy
Otaking !
Messages : 830
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003, 1:08

Message par hectopussy »

Ben moi cette bande-annonce m'a ému comme rarement :kfpeur:
(sauf la voix d'Anno au début : pourra-t-il manifesté des émotions en dehors d'une animation :kinterro: ?)

PS (edit) : je revois le trailer et, par curiosité, vous pourriez développer (sans "friedrichiser") là où vous voyez du révisionnisme. Pour ma part, je situe la partie historique entre le tremblement de terre de Kobé et la veille de la 2de Guerre Mondiale, le tout cuisiné par l'imaginaire et les allégories fantastiques d'un Miyazaki au top de sa poésie visuelle, relevé d'une tragédie humaine où la vision d'un homme semble prendre une ampleur qu'il n'imaginait voire ne voulait pas... (sous cet angle, le parallèle avec Anno et "l'EVA-choc" serait amusant à considérer)

Avatar du membre
LeFlan
Hannibal posteur
Messages : 477
Enregistré le : mer. 14 déc. 2005, 9:51
Localisation : la planète shadok

Trainées dans le ciel...

Message par LeFlan »

Il est bien normal que cette bande annonce émeuve, puisqu'elle a été conçue à cette seule fin, et c'est sans doute de bonne guerre.
Au-delà de cet échantillon à l'impact opportunément calibré, le problème du film est que, quelles que soient les libertés prises avec la vraisemblance, l'histoire même qui y est décrite (de façon interrompue, car le film se termine opportunément quelque part à la fin des années 1930), est celle de l'escalade d'un pays entier dans le bellicisme, dans l'agression et dans la répression.
Toute cette course à l'abyme figure bien décrite dans le film, mais toujours de façon à en dédouaner d'avance tous les protagonistes, démunis face au nationalisme, à l'impérialisme et au cours des événements en général, alors même qu'ils en sont acteurs, et non des moindres...

Vous noterez que je n'ai pas employé le terme "révisionnisme" (le problème étant plus complexe et plus insidieux que ce que couvre une telle étiquette).

Vous noterez également, pour nous en tenir à cette bande-annonce, qu'y figurent les mentions suivantes :
"Jadis, au Japon, il y a eu la guerre."
(Vraiment ?! En est-on bien sûr ?! La posture foncière que dénote cette adresse introductive n'en dit-elle pas déjà long sur le sujet ?)
"Le Japon des années 20, ce fut la crise et la misère, la maladie, et le grand tremblement de terre..." "... Une époque réellement éprouvante à vivre."
(quid des libertés de l'époque, du foisonnement des mouvements artistiques et littéraires, de l'âge d'or du cinéma et des avant-gardes ?)
"Et puis le Japon s'est jeté dans la guerre."
(Aussi simplement que cela...)
"Comment les jeunes gens de l'époque ont-ils vécu ce temps-là ?"
(C'est ainsi qu'est amenée la posture principale du film, à savoir celle d'une ingénuité et d'une pureté d'intention absolues, ballottées en toute intégrité par les tumultes de l'histoire, tout en les commentant à l'occasion d'un point de vue surplombant à l'occasion de dialogues particulièrement désarmants)
" Le respect et l'amitié envers l'italien Caproni, par-delà l'espace et le temps..."
"La naissance, par la suite mythifiée, des avions zéros..."
"La rencontre et la séparation d'avec Nahoko, une jeune fille qui connut si peu le bonheur."
(Les trois mentions, enchaînées sous forme suspensive, visent bien à mettre sur un même plan tous ces divers éléments du récit, à les agglutiner pour parvenir à provoquer à l'égard des personnages la suspension de jugement moral propre au recours à la fiction)
"Ce film dépeint la moitié de la vie d'un personnage réel, Horikoshi Jirô."
(Ainsi, pour finir, il s'agit de faire valoir cette suspension et cette empathie, telles quelles, à l'égard d'un personnage réel, au rôle historique avéré, mais transformé ici, par bien des biais et libertés fictionnelles, en personnage idéalisé d'un "roman d'apprentissage", et d'une saga dont l'argument apparaît vite simplificateur, pour ne pas dire tendancieux)
"Il faut vivre ! En hommage à Horikoshi Jirô et Hori Tatsuo"
(Au final, il ne s'agit pas de mettre en doute la sincérité et l'intégrité de la démarche du réalisateur. Il s'agit de pointer que le résultat de ses efforts tend très largement dans une direction opposée à ses propres convictions, et que la conséquence des contradictions internes à son approche est un effet de relativisation général, à l'égard de problèmes qu'il continue quant à lui de considérer comme absolus)

Je ne sais pas si c'est beaucoup plus clair...
Modifié en dernier par LeFlan le sam. 20 juil. 2013, 11:21, modifié 1 fois.
Image
"Car l'amitié est la science des hommes libres."

Avatar du membre
Tsuka
Admin / Maniac
Messages : 36432
Enregistré le : sam. 20 avr. 2002, 4:07
Localisation : Chez Bobby

Message par Tsuka »

A noter que comme je le signalais hier plus tôt en journée, Miyazaki s'oppose à l'abandon probable de l'Article 9 et critique le gouvernement japonais dans cette publication PDF disponible sur le site de Ghibli :

http://www.ghibli.jp/10info/009354.html
http://www.ghibli.jp/docs/0718kenpo.pdf

( http://twitter.com/catsuka/status/358253458006085632 )

Avatar du membre
hectopussy
Otaking !
Messages : 830
Enregistré le : jeu. 27 nov. 2003, 1:08

Message par hectopussy »

ça aide fred ...

Avatar du membre
hidro.j
Otaking !
Messages : 3812
Enregistré le : lun. 09 août 2004, 1:50
Localisation : Hidroshima

frosties et vilain petit canard

Message par hidro.j »

Tora ! Tora ! Tora !
Le japon a toujours enretenu des rapports ambigus avec sa propre histoire..
Attendons d'avoir vu le film dans son intégralité.

En tout cas ce trailer, préfigure un 'grand' film, riche d'un point de vue technique et visuel. (même si Ponyo était un tour de force)

Chant du signe du réalisateur..? (oui on connait le refrain ^^)
/////****>> Pokéman Ga, c'est diabolique ça transforme les enfants!<<****/////

Répondre