[Animation] Candy Boy (un court français en hommage à Candy)

News sur l'Animation, la BD, et le monde de l'image en général.
Répondre
Avatar du membre
pasteqman
Otaking !
Messages : 2846
Enregistré le : jeu. 08 sept. 2005, 20:48
Localisation : In the closet

Message par pasteqman »

Ci-gît un long post d'explications résumable ainsi :

*consternation*
TO THE WINDOW !

TO THE WALL !

TO THE SWEAT DROP FROM MY BALLS !

Avatar du membre
meule
Hannibal posteur
Messages : 455
Enregistré le : lun. 27 sept. 2004, 14:06
Localisation : Lille
Contact :

Message par meule »

Bon, concernant le court métrage et les sous éventuels qu'il rapporte.
Moi je vis exclusivement du court depuis 2002, pas seulement des miens mais aussi de ceux sur lesquels je bosse.
C'est l'avantage d'être technicien et réal en même temps.
Donc, il est possible de vivre du court si on est pas trop demandant au niveau sous.
Mais, on ne peut certainement pas s'enrichir.
Je bosse sur du long en ce moment, et il n'y a pas photo, cela paye beaucoup plus.
Après, c'est un choix de vie, et je n'ai pas envie de le plaindre spécialement, connaissant très bien le milieu du court d'animation.

Baptiste> Tu réalises des films de prise de vue réelle ou de l'anime ?
Car il y a une grosse différence, le temps de fabrication du film. Là où des techniciens peuvent travailler gratos un jour ou deux sur un plateau, il est impossible de faire de même en anim car le "tournage" est infiniment plus long ( on va dire une semaine pour un court live et des mois pour un film d'anim).
Et il y a là une contradiction énorme, les subventions CNC sont plafonées plus bas pour de l'anim que pour du live, et je me vois mal demander à des animateurs de travailler une semaine payée pour un travail effectif de trois mois par exemple. Donc l'économie d'un court d'anim est très différente.
Il y aurait encore mille choses à dire sur le court d'anim...
Image

Avatar du membre
Icaras
>>>your ad here!<<<
Messages : 2264
Enregistré le : lun. 27 oct. 2003, 16:36
Contact :

Message par Icaras »

Baptiste a écrit :Bon, mais ce qui me pousse surtout à intervenir sur ce thread, c'est les énormités proférées par Icaras concernant le court métrage et son financement. Dommage, car Icaras avait commencé à marquer des points, jusquà son petit laïus sur le financement de CANDY BOY, qui prouve, hélas, qu'il ne sait pas de quoi il parle (et qui, du coup, décrébilise complètement tout ce qu'il dit avant, et remet la balle du côté de M-Andesmas.
C'est toi énormité.

Ok, j'avoue je n'y connais pas grand chose en ce qui concerne le financement des courts métrages lives, si ce n'est qu'ils disposent de beaucoup plus de possibilités de financement via divers organismes que les courts métrages animés, si j'en crois la plaquette de la SACD dont je dispose chez moi, intitulée "aide a la création audiovisuelle".
En ce qui concerne les courts métrages animés, car jusqu'a preuve du contraire Candy boy appartient bien a cette catégorie de création audiovisuelle, il existe bien des cas ou les auteurs réalisateurs sont tout de meme rémunérés pour le travail qu'ils fournissent. Pour ma part je connais au moins 2 personnes qui gagnent de l'argent actuellement en réalisant leur court métrage, financés par des boites de prod. Je me souviens également d'une annonce faite par SIP animation il y a quelques mois, offrant la possibilité de réaliser un court métrage d'animation produit par la boite, rénuméré, matériel et fournitures mis a disposition a priori a la charge de l'entreprise. Peut etre qu'en court métrage live la situation est différente mais en ce qui concerne l'animation, il est donc possible de gagner de l'argent en travaillant.
Quant au réal qui s'en met plein les fouilles avec les-dites subventions (dixit Icaras), euh, je ne crois pas qu'une telle chose soit possible. Le CNC et les régions veillent au grain, et de près, believe me ! Icaras, tu ferais fureur au Café du Commerce. T'as raison, non seulement le film est naze, mais le mec est un pourri qui empoche l'argent du contribuable pour aller sur son yacht à Saint-Tropez ! Voire à Cannes, pour boire du champ' avec ses amis les sélectionneurs !
Merci de ne pas caricaturer mes propos. Je ne crois pas avoir jamais dis qu'il avait gagné "plein" d'argent, tout comme je n'ai jamais parlé de croisière VIP a Saint-Trop. Je disais simplement qu'il y avait de grandes chances qu'il ait été payé (peut etre pas beaucoup pour un réal, j'en sais rien) pour un boulot de réal qu'il n'a fait qu'a moitié.
Tu parles des financement du CNC mais est tu certain qu'il n'a pas bénéficié de l'aide a l'écriture/développement, qui va directement dans la poche de l'auteur, en plus de l'aide a la production qui elle est destinée au producteur?
Mais bon si tu m'assures qu'il n'a pas été payé pour ce film je veux bien te croire, a la limite ca me soulage presque, meme si je trouve ca très étrange que des techniciens aient pu etre payés pour faire un film alors que le réal lui n'a rien touché...
Pour finir je pose la question : dans le cas ou PAV n'aurait absolument rien gagné avec ce film, ni salaire ni royalities, est ce que ca excuse pour autant le fait que Candy Boy soit un film si mauvais?

edit : Grillé par meule, et de bien belle manière. Remarque il est certainement bien mieux placé que moi pour parler du financement des courts métrages d'anim...

Avatar du membre
LeFlan
Hannibal posteur
Messages : 477
Enregistré le : mer. 14 déc. 2005, 9:51
Localisation : la planète shadok

Hatris

Message par LeFlan »

> M-Andesmas

Merci de votre réponse. Nous allons donc pouvoir entrer dans le vif du sujet.
M-Andesmas a écrit :Le reproche le plus souvent fait est celui de l’incompréhension des codes et des enjeux formels auxquels le film prétend faire référence. Je suis d’accord et bien en peine serait qui voudrait démontrer le contraire.
Heureux de vous l'entendre dire. Cela, au moins, va simplifier notre discussion.
Mais un film a un public auquel il se destine et s’adresse (un film de Bergman et un film de Besson ne s’adressent pas au même publique). Et ce film ne s’adresse simplement pas aux connaisseurs de l’animation japonaise.
Certes. Cela dit, peut-être est-ce possible pour vous d'entendre qu'un film puisse être un échec, une tentative complètement ratée par rapport à son projet et à son ambition affichés, voire un travail indigne, et tout cela indépendamment de son adresse prétendue à quelque public que ce soit en particulier ?
Autrement dit, le fait qu'un mauvais film à prétention auteuriste, par exemple, soit voulu comme ne s'adressant pas au public bergmanophile, peut-il suffire à dédouaner ledit opus de tout propos critique de la part dudit public, comme de n'importe quel autre d'ailleurs ?
En l'occurrence, et quitte à vouloir dresser de prétendues "chapelles" de connaisseurs pour pas grand-chose : il est ridicule de vouloir lire dans un certain nombre des remarques faites ici un recours à des arguments d'autorité, les divers problèmes pointés étant [hélas] bien plus élémentaires, flagrants et d'ordre général que ne voudrait le faire croire l'affirmation d'une cabale de quelconques "initiés" et autres "défenseurs du temple". C'est précisément d'un point de vue strictement généraliste que le bât blesse le plus, hélas.
Ce film n’a été envoyé –jusqu’à preuve du contraire- à aucun festival d’animation mais à des festivals de cinéma. Car ce film est un hommage à un dessin animé -et plus généralement à un genre- qui appartient désormais à l’inconscient collectif.
Ce qui revient à dire que les festivals de cinéma d'animation ne sont pas des festivals de cinéma. Ce qui nous amène assez loin dans l'absurde et le ridicule... Décidément, on en revient toujours aux mêmes querelles d'arrière-garde, aux mêmes constats désarmants de préjugé d'un autre âge, et à la même ignorance bien assise depuis des décennies par l'indigence notoire d'une bonne part du discours critique et des professions du cinéma dans son ensemble sur ce sujet précis, qu'il est certes bien plus aisé et confortable pour l'oisiveté intellectuelle de considérer comme un "genre", au même titre que le film d'horreur ou policier (ou la bande dessinée toute entière, évidemment), que comme un (ensemble de) registre(s) formels(s), voire un registre englobant du cinéma tout entier...
Imaginons maintenant le désarroir catégoriel que doit susciter pour une telle vision du monde un film d'animation policier ou une bande dessinée d'horreur : comment ?! On pourrait donc mélanger ces prétendus "genres" ?
Il serait peut-être temps de se rendre compte de l'ineptie et de l'aveuglement sous-jacents à une déclaration telle que celle ci-dessus ?

Mais au-delà de telles considérations élémentaires, et en admettant l'exactitude d'une telle information, que nous dit cet élément factuel sur ledit court métrage ? C'est qu'il serait raisonnablement possible (si ce n'est sensé) de vouloir réaliser des films d'animation à ne surtout pas considérer comme tels. Et ce, au prétexte qu'ils ne s'adresseraient pas à un public "initié".
Poussons plus loin le même raisonnement, en posant la même assertion dans un cadre presque totalement similaire :

Il serait donc raisonnablement possible (si ce n'est sensé) de réaliser des films à ne surtout pas considérer comme tels. Et ce, au prétexte qu'ils ne s'adresseraient pas à un public "initié" au cinéma.

En un mot : de qui se moque-t-on ?
Ce film est l’hommage d’un réalisateur de cinéma –pas d’animation- d’un cinéphile –pas d’un spécialiste de l’animation- à destination d’un publique qui n’est pas forcément initié et qui reconnaîtra l’évocation d’un genre.
Sans même revenir sur les questions de genre (et les problèmes de terminologie -- ici criants -- qui s'y rattachent), je n'ose présumer de l'étendue des idées sans doute bien arrêtées et non moins totalement fausses que sous-(en)tend la phrase sur les différences fondamentales et sûrement irréductibles entre "réalisateur de cinéma" et "d'animation", "cinéphile" et "spécialiste de l'animation".
Car même si les codes et les enjeux ne sont pas maîtrisés, l’entreprise seule de ce projet est un hommage. [...] passer plusieurs mois à se battre pour monter le projet, le coordonner, le suivre dans son élaboration -même maladroite- est un hommage en soi. Alors tant pis si les codes ne sont pas respectés, j’y vois plus une preuve d’admiration et de respect pour un genre qu’une insulte ou une ignominie comme on peut le lire dans ces pages.
Autrement dit, il serait possible (si ce n'est sensé) de prétendre rendre un "hommage" à un objet quel qu'il soit, sans rien entendre, sans rien avoir compris de l'objet en question. Et de camper malgré tout sur le terme (et l'intention) d' "hommage", alors même que le résultat, visible aux yeux de tous, clame et crie haut et fort, dans sa forme même, l'immensité (et sans doute le bien-fondé foncier) d'une telle ignorance.
Car il s'agit là de bien davantage que de quelques codes maltraités ici ou là. Il s'agit en somme (et pour proposer une métaphore), de prétendre par exemple, en tant qu'artiste, "rendre hommage" au cinéma en réalisant soi-même un film, alors même qu'on ignorerait tout de ce que représente une telle entreprise, et à partir d'un illettrisme total en matière de langage cinématographique.

Il y a là une malhonnêteté intellectuelle avérée (disons même criante) qui dans l'absolu est probablement le point le plus difficile à admettre au sujet de ce film, de même qu'à l'égard de toute tentative d'ordre formel a priori.
Pour ce qui est des arguments publicitaires utilisés par le réalisateur et son équipe de promotion, ils ne sont destinés qu’à encourager les gens à prendre 10 minutes de leur temps pour regarder une petite histoire sans prétention (...).
Belle tentative de couverture rhétorique dudit argumentaire.
Le fait que de tels propos ne soient soi-disant "destinés qu'à encourager les gens à [...] regarder une petite histoire sans prétention" justifie-t-il la malhonnêteté intellectuelle (voire la médiocrité) foncière en jeu dans ce projet, et mise en lumière ci-dessus ?
Le film n’est pas vendu mais montré gratuitement.
Même question : cela justifie-t-il la malhonnêteté intellectuelle (voire la médiocrité) foncière en jeu dans ce projet ?
J’y vois le succès de la japanim’ : être rentrée dans l’inconscient collectif au point que pour l’évoquer même le plus maladroitement du monde, on décide de consacrer autant de temps et d’énergie.
Autrmenet dit, il faudrait considérer de tels "hommages" comme un mal nécessaire, car signes d'une reconnaissance quelconque, ne fût-ce qu'à un niveau d' "inconscient collectif" ? Joli progrès réalisé dans notre entendement du monde, belle avancée dans notre connaissance de nous-mêmes ! Que de bienfaits nés de notre bonheur au contact de l'art et d'ambitions créatrices !
Le réalisateur n’a pas affirmé –que je sache- l’ambition de devenir réalisateur de films d’animation.
Il a fait pire, avec ce film : il est devenu, de fait, réalisateur de films d'animation.
Ne voyez-vous donc pas le mépris immense et endémique (à l'égard de toute ambition créative) sur lequel repose la facilité de posture ci-dessus, consistant à pondre des "créations" prétendûment "sans prétention", et ce dans quelque domaine que ce soit, tout en affirmant en parallèle l'absence de toute ambition d'ordre créatif dans le domaine en question ?
Est-il possible de soutenir une posture, un discours aussi éhontément malhonnête et contradictoire ?
Il n’a pas tenté de séduire précisément les connaisseurs.
Non, en effet (ne nous attardons pas, dans l'absolu, sur le degré de ridicule, l'étage d'indigence éthique d'une telle ambition créative).
Beaucoup plus simplement, il a choisi de donner forme à une escroquerie morale et à un discours malhonnête en direction du public le plus large. C'est sûrement beaucoup plus probant matériellement, à défaut d'être plus reluisant sur le plan intellectuel...
J’ai lu qu’il avait tourné un long en prises de vue réelles depuis. Alors qu’il dise comme il veut –même bêtement- son affection pour un art cousin de celui qu’il pratique, ça me va.
Si cela vous va, alors tout va. Et tout problème est résolu, c'est bien ça ?

Hélas, il est des gueux à qui cela ne va pas, et pour qui la plus vive affection (pas plus que les meilleures intentions) du monde ne justifiera jamais ni la bêtise, ni la malhonnêteté, ni l'ignorance assumée et sûre de son bon droit, ni le mépris mis en oeuvre dans la signification de ladite affection (comme dans la réalisation desdites intentions).
Et ça ne mérite certainement pas les insultes, les messages menaçants et autres propos douteux (notamment ceux sur une certaine intelligentsia pour laquelle l’évocation de l’homosexualité serait à la mode) que l’on peut lire dans ces pages.
Et il faut être de bien mauvaise foi pour ne pas sentir le climat de violence qui règne dans la majorité des messages. Alors non, il n’est pas puéril de se draper dans un excès de langage et de penser que certains se sentent agressés.
Je vous laisse libre de juger du caractère "insultant", "menaçant", de "propos douteux", de "mauvaise foi", "agressif" ou "violent" des réfutations ci-dessus. Pour le reste, il ne sert à rien, pour personne, de se draper d'une indignation et d'excès de langage aussi faciles qu'improductifs (en tant qu'attitude adoptée pour toute réponse) à l'égard d'invectives ponctuelles et autres propos eux-mêmes contre-productifs, et qui se disqualifient d'eux-mêmes.
A l'inverse, ceux qui pointent le caractère rhétorique de la mise en avant d'un thème donné (l'homosexualité) comme inducteur a priori et inconditionnellement d'une quelconque qualité foncière au travail mené, méritent bien une réponse. Admettons une fois pour toute (ou récusons-le une fois pour toute) que dans le domaine formel, aucun critère d'ordre thématique ne peut jamais permettre de présager en rien de la qualité foncière du résultat obtenu. Autrmenet dit, il y a bien de mauvais films sur le thème de l'homosexualité, comme de bons, et il importe de pouvoir pointer les qualités comme les défauts en jeu dans chaque cas, sans pour autant devoir subir l'invocation par défaut qu'une quelconque homophobie de principe.
Je suis heureux aussi de trouver des participants à l’argumentation construite, sans quoi je ne perdrais pas mon temps ici.
Idem.
Modifié en dernier par LeFlan le jeu. 09 août 2007, 11:30, modifié 2 fois.
Image
"Car l'amitié est la science des hommes libres."

Avatar du membre
koneko
n00bivore
Messages : 7301
Enregistré le : sam. 05 mars 2005, 12:12
Localisation : Chez Harry le Potier.
Contact :

Message par koneko »

M-Andesmas a écrit :prétendre que l'évocation de l'homosexalité est à la mode chez une certaine intelligentsia est un propos homophobe! Un cliché homophobe! Souvent énoncé par les homophobes! Toujours présent dans les discours homophobes!

Je veux juste revenir la dessus, parcequ'il m'a beaucoup fait rire.


Honte a toi de faire passer la communeauté homosexuelle pour des lopettes incapables de derision. (Viens me traiter d'homophobe alors que je suis bisexuelle, VIENS)
Candy boy tourne en ridicule l'homosexualité, elle ne rend pas hommage a l'animation japonaise elle lui fait honte, et toi tu joues les vierges effarouchées, non mais vas-y achete toi des couilles, quoi.
Image
The hammer's my penis...(Captain Hammer)

Avatar du membre
LeFlan
Hannibal posteur
Messages : 477
Enregistré le : mer. 14 déc. 2005, 9:51
Localisation : la planète shadok

Les Envahisseurs

Message par LeFlan »

Baptiste a écrit :Franchement, il a trop de chance ce Pierre-Alex-Rémi Vincent.
Image
Pour lui, cela a commencé par une nuit solitaire, le long d'une route de campagne, tandis qu'il cherchait un raccourci qu'il n'a d'ailleurs jamais trouvé ?
Image
"Car l'amitié est la science des hommes libres."

M-Andesmas
P'tit posteur
Messages : 8
Enregistré le : mer. 08 août 2007, 13:44

Message par M-Andesmas »

Blacky dit : « une fois de plus ce projet donne envie ... » Réponse de Trantkat : « ... de casser du pédé ? »

vasquaal dit : « C'est juste pour l'histoire d'amour homosexuel. Faut dire, c'est super tendance auprès d'une intelligentsia péteuse. »

Je ne dis pas que ce film est bon mais -peut-être par manque de couilles ou simplement parceque je voudrai vivre dans un monde ou les gens se respectent mutuellement- je trouve regrettable de me faire traiter de con et de provoquer la violence verbale de certains - pas tous!!!!!!- pour avoir simplement dis ( je résume) : le film est nul! mais inutile d'être aussi violents et injurieux.
Alors oui je dois être une lopette qui pense qu'on peut discuter calmement et respectueusement même de ce qui nous déplait. Je ne mets pas tout le monde dans le même sac, je dis que l'ambiance général ici n'est pas très agréable. J'y vois un défouloir pour certains -pas pour tous!!!!!!!!!!!!!!
Je ne reviens pas sur la mauvaise fois de l'interprétation de certains de mes propos - certains pas tous!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Je répète que je ne trouve pas que ce film soit bon, je ne viens pas tenter en quelque façon que ce soit de démontrer le contraire. Mais lorsque j’assiste à un lynchage je ne peux m’empêcher d’éprouver de la sympathie pour la cible. Mon côté tapette dépourvu de couilles sans doute.
Certains font preuve de beaucoup d’intelligence dans leur analyse et on donne aussi , à d’autres, une tribune à l’expression de leur agressivité.

Avatar du membre
Udéka
Intervenant valeureux :)
Messages : 94
Enregistré le : lun. 06 août 2007, 14:55
Localisation : Château Wolfenstein

Message par Udéka »

Meule a écrit :Et il y a là une contradiction énorme, les subventions CNC sont plafonées plus bas pour de l'anim que pour du live, et je me vois mal demander à des animateurs de travailler une semaine payée pour un travail effectif de trois mois par exemple.
Carrément.
Merci pour tes infos précises.

Tout ce que je vois, c'est qu'on n'est plus à deux trois aberrations près. Pffff...

Avatar du membre
meule
Hannibal posteur
Messages : 455
Enregistré le : lun. 27 sept. 2004, 14:06
Localisation : Lille
Contact :

Message par meule »

En fait, il est dommage que ces échanges donnent l'impression d'une chasse aux sorcières.
Le Flan pointe un problème bien plus important que l'impact ( si impact il y a )de ce film.
C'est celui de la considération de l'animation, par le plus grand nombre, comme un genre.
Comme si le cinéma en noir et blanc était un genre.
Image

Avatar du membre
TRANTKAT
Fuck Me, I'm FAMOUS!
Messages : 9202
Enregistré le : ven. 20 juin 2003, 1:01
Localisation : http://kiwine.deviantart.com/
Contact :

Message par TRANTKAT »

M-Andesmas a écrit :Bla bla bla...
Certains font preuve de beaucoup d’intelligence dans leur analyse et on donne aussi , à d’autres, une tribune à l’expression de leur agressivité.
Bienvenue sur un forum internet.
... là où certains mettent les pieds pour la première fois et s'étonnent des comportements les plus banals puisqu'ils n'ont pas pris le temps d'en faire le tour et pensent que le traitement infligé au seul sujet qui les interesse parmi une foultitude d'autres est exclusif alors qu'il est général.

Avatar du membre
Udéka
Intervenant valeureux :)
Messages : 94
Enregistré le : lun. 06 août 2007, 14:55
Localisation : Château Wolfenstein

Message par Udéka »

C'est celui de la considération de l'animation...
Disons que l'establishment continue sur son (vieil) à-priori sur le sujet. Pas mal de mépris, de condescendance et d'idées fausses sur l'animation en général durant trop longtemps, ça laisse des traces. Même si on pourrait croire que ça a grandement évolué.

Avatar du membre
koneko
n00bivore
Messages : 7301
Enregistré le : sam. 05 mars 2005, 12:12
Localisation : Chez Harry le Potier.
Contact :

Message par koneko »

M-andetruc > on se detend et on apprend l'auto-derision, on se rappelle que l'humour n'est pas une agression, et surtout on evite de se sentir visé par deux trois petites choses qui relevent du deuxieme degré qui representent l'esprit general de ce forum.
S'il y a 'lynchage' c'est que c'est un forum sur l'animation est le dessin, ceci sont des points de vue d'amateurs et de professionels de ce millieu, il est normal qu'ils reagissent comme ca sur un court metrage de ce genre.

C'est bien gentil l'empathie debordante, mais faut relativiser et prendre la temperature du coin avant de s'indigner.
Image
The hammer's my penis...(Captain Hammer)

vertigo
P'tit posteur
Messages : 5
Enregistré le : jeu. 09 août 2007, 16:19

Message par vertigo »

Je me contrefous de ce film mais :

« Ben ayant vu Candy Boy (je suis devenu aveugle pendant 12h à la suite de ça), je crois comprendre son succès à la Quinzaine.
C'est juste pour l'histoire d'amour homosexuel. Faut dire, c'est super tendance auprès d'une intelligentsia péteuse. »

Où est le second degré ?? L’intelligentsia péteuse qui a la main mise sur la quizaine sélectionne et plébiscite un film juste à cause de l’histoire d’amour homosexuel qui est tendance ??? Le chauffeur de mon taxi ce matin me disait aussi que les « pd » sont à la mode chez les puissants ( il parlait de la mairie de Paris). Mais lui a poussé le second degré jusqu’à me parler de l’argent des juifs… Tellement mort de rire, je suis parti sans payer !

« …deux trois petites choses qui relevent du deuxieme degré qui representent l'esprit general de ce forum. »

Je veux bien le croire mais qu’en pense Marc Aguesse ?

Dommage ce mauvais esprit !
Faut dire que M-Andesmas n’y met pas beaucoup du sien non plus mais quand même…
Bien à vous les enfants !

Avatar du membre
koneko
n00bivore
Messages : 7301
Enregistré le : sam. 05 mars 2005, 12:12
Localisation : Chez Harry le Potier.
Contact :

Message par koneko »

Où est le second degré ?? L’intelligentsia péteuse qui a la main mise sur la quizaine sélectionne et plébiscite un film juste à cause de l’histoire d’amour homosexuel qui est tendance ??? Le chauffeur de mon taxi ce matin me disait aussi que les « pd » sont à la mode chez les puissants ( il parlait de la mairie de Paris). Mais lui a poussé le second degré jusqu’à me parler de l’argent des juifs… Tellement mort de rire, je suis parti sans payer !
La nuance c'est dans les termes, aussi. Y'en a un qui est vulgaire, l'autre non. Qui plus est, je partage son avis, il y a des 'modes' de ce coté la de la planete, et le gay est devenu chic, pas la peine de tuer l'observateur. En quoi c'est gênant de le dire? Je prefere ca aux mecs relous qui vous sortent des 'eh, viens j'vais te montrer c'que c'est qu'un vrai mec' et j'en passe lorsque je me balladais avec une petite amie dans la rue...
« …deux trois petites choses qui relevent du deuxieme degré qui representent l'esprit general de ce forum. »

Je veux bien le croire mais qu’en pense Marc Aguesse ?

Dommage ce mauvais esprit !
Faut dire que M-Andesmas n’y met pas beaucoup du sien non plus mais quand même…
Bien à vous les enfants !
A mon avis ce qu'il va dire c'est que c'est pas joli de donner des noms comme ca. Qui plus est son forum il le laisse libre, sans moderateurs, et il sait comment nous sommes tous.
Image
The hammer's my penis...(Captain Hammer)

Avatar du membre
Chron
Synchrone or not synchrone ?
Messages : 12503
Enregistré le : jeu. 06 juin 2002, 12:37
Localisation : Paris

Message par Chron »

Je veux bien le croire mais qu’en pense Marc Aguesse ?
Qu'est-ce que c'est que cette prise à parti absolument hors de propos?
On invoque le maître des lieux?
En s'enregistrant sur ce forum, chacun prend la responsabilité des propos qu'il y tient, et ce forum n'est pas modéré, ce qui veut dire que Tsuka n'est absolument pour rien dans une prétendue homophobie d'un ou plusieurs intervenants.
Par contre je serais curieux également de voir si toutes ses personnes qui se dévoilent brutalement pour défendre cette "chose" qu'est Candy Boy ou M. Andesmas ont la même IP ou pas...
@+
Chron
웃어라, 세상이 너와 함께 웃을 것이다,울어라, 너 혼자만 울게 되리라

Répondre