By Thibaud Gayral de Luca - Your banner here ?

NEWS

News postée le 01/08/2018 à 14h03 par Tsuka
Catégories : Long-métrages
Tags : studio colorido fantasia

Partager sur Facebook / Share on Facebook Partager sur Tweeter / Share on Tweeter


LONG-MÉTRAGES

[Fantasia 2018] Review : Penguin Highway (le premier long-métrage du Studio Colorido)



Penguin Highway est le premier long-métrage d'animation du Studio Colorido, réalisé par Hiroyasu Ishida, et prévu en salles au Japon le 17 août.

J'ai pu le voir en avant-première au festival Fantasia (Montréal) où je me suis rendu le mois dernier, et où le film a remporté le Satoshi Kon Award du meilleur film d'animation. Voici ma review (sans gros spoilers).



À la base, il s'agit d'un livre de Tomihiko Morimi, connu des anime fans comme étant aussi l'auteur des romans d'origine de Tatami Galaxy et The Eccentric Family.

L'histoire se concentre dans une petite ville japonaise avec comme personnage principal Aoyama, un jeune garçon d'une dizaine d'années, qui se présente comme très intelligent, et féru de sciences. Mais dans ce film la technologie moderne est très peu présente, il s'agit plus de logique, d'observation, et de réflexion. Et Aoyama réfléchit beaucoup. Surtout à son avenir, et à la personne qu'il sera enfin une fois adulte, dans 3888 jours très exactement au début du film (car oui, il compte les jours restants).

Il est volontairement difficile de s'identifier au personnage d'Aoyama au départ, tant il assène ses ambitions, ses certitudes, étant à la fois concerné par les autres, mais prenant aussi des décisions à leur place. Son assurance reste cependant stupéfiante, et permets aussi de déjouer de manière assez atypique des scènes de harcèlement scolaire par exemple. Très vite aussi, Aoyama nous déclare qu'il sait déjà avec qui il se mariera, les filles de sa classe et de son âge ne semblent pas l'intéresser, il est fasciné par une jeune femme plus âgée qui travaille au cabinet dentaire où il se rends. Cette femme, on ne connaîtra jamais son nom, on l'appelle "The Lady", et Aoyama est notamment obsédé par sa forte poitrine. Ce tic des jeunes garçons attirés par les seins, assez fréquent dans les anime, est ici fortement appuyé. Mais heureusement, The Lady va rapidement devenir l'épicentre du film pour d'autres raisons.





Des pingouins surgissent en ville de façon inexpliquée, mais seuls les enfants semblent vouloir élucider leur présence. Aoyama et son ami Uchida se lancent dans une enquête buissonnière, qui amènera rapidement à découvrir que The Lady est fortement liée à la présence des pingouins, puisque c'est elle qui les fait apparaître (sans qu'elle se l'explique vraiment). Un secret qu'Aoyama gardera durant une grande partie du film, car The Lady s'en remets complètement à lui (et uniquement à lui) pour résoudre son mystère.

Dans le même temps Suzuki, une camarade de classe qui semble intéressée par Aoyama, mène aussi secrètement des investigations et expérimentations au sujet d'une mystérieuse sphère qu'elle a découvert dans la forêt. Elle proposera aux deux garçons de la rejoindre dans cette enquête qui se révélera aussi liée à The Lady.





À ce stade je n'en dirai pas plus sur l'histoire même, pour vous laisser la surprise (le film ne sortira en France que l'an prochain).

Le film évoque le passage (anticipé) à l'âge adulte via un triangle amoureux atypique voire improbable. Un garçon obsédé par son futur d'adulte, une jeune femme nostalgique et parfois un peu immature (j'associe ses pingouins avec elle), et une camarade de classe qui refuse l'aide des adultes.
Aoyama sera confronté à ses limites car malgré son intelligence, il semble incapable de voir certaines relations évidentes parmi les jeunes de son âge, et s'étonne de certaines faiblesses et peurs d'adultes, notamment celles de The Lady.
Un agréable mélange de sérieux et d'insouciance chez les adultes comme chez les enfants, qui change un peu des habitudes.
D'autres figures d'adultes étant aussi intéressantes dans leurs différences, comme les pères d'Aoyama et Suzuki.



J'aime ce film dans la mesure où il nous présente une aventure dans univers du quotidien assez banal, mélangé avec une dose de fantastique assez inexpliquée, laissant de l'espace à l'interprétation du spectateur. Aoyama semble d'ailleurs refuser de livrer ses conclusions à la fin, et c'est tant mieux. Il a encore beaucoup à apprendre, comme tout enfant de 10 ans à qui on enseigne déjà les sciences et la logique, mais pas encore l'amour. Et le film fait forcément résonner un vécu collectif en terme de quête de soi.

Esthétiquement, le film est magnifique, et je n'en attendais pas moins du Studio Colorido, qui sait délivrer de fabuleux décors, d'autant plus que la nature a aussi son importance dans le film. Ils ont aussi acquis une solide expérience en terme de mariage 2D/3D. Côté character-design on y retrouve aussi la patte du studio, avec des personnages subtilement dessinés et animés. L'alliance encore une fois du character-designer Yojiro Arai et du réalisateur Hiroyasu Ishida, deux amis dont l'objectif était de travailler (et donc se dévouer) chez Ghibli, avant de décider de fonder leur propre studio. Je peux d'ailleurs sentir dans leur travail un soin et une ambition sans aucun doute inspirés de Ghibli, mais avec leur propre esthétique, leur propre sensibilité, et c'est ce genre d'héritage qui pour moi est important de pointer pour espérer un "après Ghibli".



Penguin Highway est donc une subtile réussite, qui prends son temps (2h) pour tenter de laisser Aoyama se projeter jusqu'au bord de sa jeunesse.

[Critique par Marc Aguesse / Catsuka]

Penguin Highway sortira en France au printemps 2019 via All The Anime

Bande annonce 1 (VOSTF) :



Bande annonce 2 (VO) :





English audience :
My review of "Penguin Highway" animated feature film by Hiroyasu Ishida (Studio Colorido) from Fantasia 2018 festival (where the movie won the Satoshi Kon Award).







NEWS RELATIVES



Happiness Road au cinéma en France (film de Hsin Yin Sung)
News suivante

News précédente
OK K.O.! Let's Be Heroes (clip par le studio Le Cube pour Cartoon Network LATAM)


Rechercher dans les news :




Lister les news :  [Mode liste] [Mode intégral]  



Le Capsuka (Capitaine Catsuka) - mascotte de Catsuka.com créée par Gobi

 ARCHIVES :

2018 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct 
2017 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2016 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2015 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2014 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2013 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2012 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2011 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2010 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2009 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2008 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2007 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2006 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2005 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2004 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2003 :
  Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 
2002 :
  Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec 


                        












Stimulations du moment
Unicorn Wars
Tumblr Catsuka
“The Complete Art of Fullmetal Alchemist” artbook (288 ...

15/10/2018 sur Tumblr
427 notes
Character-designs by Yoshihiko Umakoshi for “Casshern Sins&rd...

15/10/2018 sur Tumblr
402 notes
Character-designs by Masayuki for “Macross Plus” OAVs (...

14/10/2018 sur Tumblr
413 notes
ca-tsuka.tumblr.com
Catsuka Theater
Twitter Catsuka
Catsuka, l'émission TV sur Nolife
Prochaine émission :

RIP Nolife

Catsuka TV animations
Revoir les génériques & jingles
de l'habillage de l'émission




Focus On
Le Capsuka
Le capitaine du site !
(il n'aime pas qu'on l'appelle mascotte...)

Découvrez :

> Sa galerie
> Son compagon, P3
> Son créateur : Gobi


FANARTS !

> Les bandeaux
> Les dessins
> Participer?

>>>
Fanart by
Otaku


Catsuka?

Catsuquoi ? ...
Voir l'historique du site
et la timeline
Catsuka est un site indépendant non lucratif, sans aucune pub depuis sa création il y plus de 17 ans. Si vous souhaitez soutenir mon travail, vous pouvez faire un don via Paypal pour aider aux frais d'hébergement. Merci ! (English : Catsuka is an independent website with no advertising, I don't earn any money. If you like my work, you can help me to pay hosting service fees via Paypal donations)

Want to help Catsuka ?  

P3 (Pierrick le poulpe Puissant)


TURBO MEDIA

MALEC

Tous ses TurboMedia

Lire sur TurboInteractive.fr


LES KASSOS

Par Balak et Malec

Lire sur TurboInteractive.fr


PARIS PIXEL

par Forky

Lire sur TurboInteractive.fr


LES STRIPS DE MALEC AU JAPON  (archives)